Frédéric Maybaum (par Ekéssapélorio Kézac, biographe des Tsars)

Né un 4 juillet à Nantes, le fringant Frédéric Maybaum est de la trempe de ceux qui osent se mouiller. Il n'hésite pas à relever le col, retrousser les manches (les siennes, parfois) et mettre la tête dans le guidon (il a fait l'inverse, une fois... on n'a jamais récupéré les poignées de freins) pour arriver à son but et à ses fins, voire à atteindre son objectif (car il fait aussi de la photo de jardins sans nains).
Tout petit, déjà, il démontait les moulins à café, les robots ménagers, les voitures de son père (oui, "les" voitures, et alors ? c'est pas de sa faute s'il est né nanti à Nantes et anti-nains, hein...) ainsi que le djouque-box du Café de la Poste pour voir "comment c'est que ça marche dedans".
Il n'a jamais rien remonté comme il faut, évidemment, mais bon c'est normal, c'était qu'un gosse, après tout, et loin d'être surdoué. Le jour où ils en eurent assez de ses expériences (le carburateur de la 504 donnait un drôle de goût au café et "les" voitures de son père jouaient les tubes de Dave en boucle), ses parents l'inscrirent en pension dans une laverie automatique cubaine tenue par le moine Claude, qui devint sa seconde famille.
(S'ensuit une période assez longue sur laquelle nous n'avons que très peu d'informations. Il y a bien eu quelques photographies prises dans le bois de Boulogne qui ont circulé sur le Net, mais l'intéressé n'a jamais voulu les authentifier... ni nier leur authencité, d'ailleurs, le gredin !!)
Quelques années plus tard, Frédéric fait la une des journaux du monde entier. Résidant dans le Yorkshire (qui mourra écrasé par un hooligan ivre... enfin, un hooligan, quoi) il parcourt la planète de réceptions en colloques pour exhiber devant un public médusé, son énorme collection de pin's d'Henri Guibet, qui ne compte pas moins de 1.689 pièces (la collection, pas Henri...).
C'est à peu près à cette même période qu'il ouvre son restaurant sur Piccadilly Circus, dans les cuisines duquel il concocte lui-même les plats qui sont servis aux clients par une jeune russe, transfuge euh... russe, donc, qui ne tarde pas à ravir son coeur. Dans l'euphorie de cette rencontre, Frédéric crée alors les fameuses "Pâtes de Fruit Braisées au Mascarpone", bientôt suivies, dans un maelström de créativité débordante et de génie culinaire, par les "Sushis de Poisson Pané Flambés à la St Yorre" et la "Pizza au Nutella Moulée à la Louche". Les connaisseurs sauront de quoi je parle.
Aimant parier à 14 heures (non, à 16 heures, perdu !) il perd quasiment tout ce qu'il possède lors d'un malheureux concours de Belote dans la finale duquel il fait un "Tapis Banco" contre son adversaire chypriote, double détenteur du titre (et dont le corps sera plus tard retrouvé flottant dans les eaux territoriales corses, à quelques encâblures de chez Francis). Magnanime et encore vivant à ce moment-là, le Champion de Chypre laissera repartir Frédéric avec un pot de Nutella, un pin's lumineux à synthèse vocale dont le "bonjour, c'est Henri!" flotte encore lugubrement dans nos mémoires, le Yorkshire ressuscité et la serveuse russe sus-citée qui lui déclarera cette phrase désormais célèbre, "on va t'venger de Chypre, tu m'entends ? de Chypre !".
En 2000 et des brouettes et quelques truelles, Frédéric refait surface en France Métropolitaine, après avoir traversé la Manche en apnée. C'est lors d'une Rave organisée par son pygmalion (le moine Claude, suivez un peu !!) et sa compagne de toujours, Lady Michèle, qu'il rencontre Denis Castellan, son haltère Egaut (l'haltère qu'il vous faut!), qui s'est retrouvé là par hasard et en voiture, en cherchant un raccourci que jamais il ne trouva (pourtant c'était vachement bien indiqué, il avait un super plan, la nuit était claire et on avait dit la deuxième à gauche, pas la troisième...).

Fut-ce le beat incessant de la Trancetechnoacidgoahardcore, martelé par ces énooooormes haut-parleurs ou une conjonction particulière des étoiles et du trigone de mars dans la lune de Jupiter (le veinard) ou encore une prophétie qui se réalisait ? Toujours est-il qu'ils se firent face, se jaugèrent, s'observèrent, se toisèrent, fredastèrent et se parlèrent, en même temps, chacun disant à l'autre la même phrase, sur le même ton, au même moment : "ça te dirait de bosser avec moi sur le Débilitron" ?
La légende était née.
 
Retour aux Crédits Bio de Denis Castellan
 
   
Classement de sites - Inscrivez le vôtre!